Naviguer vers le haut
Connexion

 
LES  CÉRÉMONIES D'ADIEU AU CRÉMATORIUM
 
En France, la crémation est encore récente et ne fait pas complètement partie de nos traditions. Cette absence d’inscription culturelle a entraîné, dans la grande majorité des cas, un vide rituel laissant les familles en deuil, seules et désemparées, durant l’heure et demie de l’acte technique comme au moment de la réception des cendres et du choix de leur destination.
 
Ainsi, l'Église catholique, qui favorise plus l'inhumation que la crémation par respect pour le corps, demande que la célébration se fasse à l'église avec le cercueil avant d'aller au crématorium. De ce fait, trouver puis proposer un sens à cette ultime étape s’est imposé comme une nécessité absolue pour tous les professionnels impliqués.
 
En effet, plusieurs étapes sont psychologiquement difficiles pour les proches : l’accueil au crématorium, le dernier adieu au défunt et le temps de la crémation. Pour pallier cette carence rituelle, un groupe de réflexion a été constitué afin de proposer un contenu pour guider les professionnels des services funéraires vers une meilleure réponse à l’attente des familles.
 
Ce groupe a rassemblé des membres des différents cultes, des experts en sciences humaines et sciences sociales, des représentants de la Fédération Française de Crémation (FFC), des gestionnaires de crématoriums et des professionnels des services funéraires d’OGF, afin d'élaborer un accompagnement susceptible de convenir à chaque famille.
 
Ainsi, ces cérémonies permettent de personnaliser l’hommage rendu au défunt tout en favorisant son souvenir. Chaque cérémonie se déroule alors en plusieurs parties : l’accueil, l’hommage, la séparation et le temps de mémoire.
 
À chaque étape, de nombreux supports permettent de personnaliser les cérémonies, notamment par :
 Les auditions musicales, les diffusions de photos et de vidéos, les poèmes choisis en fonction des goûts du défunt.
 Les différentes interventions, discours, hommages, témoignages.
 Les symboles qui reflètent les activités et les goûts du défunt.
 Les fleurs offertes qui traduisent les sentiments des participants.
 
Ainsi, le déroulement d’une cérémonie, préparée avec la famille par des professionnels attentifs, crée un climat favorable au recueillement, à l’expression des sentiments des proches pour le défunt. La cérémonie et tous les rites qui s’y rattachent, la solidarité et la participation des proches peuvent permettre de commencer, dans de meilleures conditions, le travail du deuil.
 
Parmi les recommandations formulées par le groupe de réflexion, quelques conseils s’adressent en particulier aux familles pour éviter d’ajouter à la douleur des traumatismes supplémentaires :
 Ritualiser le temps de la crémation.
 Éviter d’assister à l’introduction du cercueil dans l’équipement de crémation.
 Ne pas attendre, après le dernier adieu, la fin de la crémation qui dure, généralement, plus d’1 heure.
 Réfléchir au devenir des cendres et, si besoin, laisser l’urne en dépôt temporaire au crématorium en attendant de prendre une décision mûrement réfléchie.